Dermite séborrhéique
quelles conséquences sur la perte de cheveux ?

Votre crâne vous démange et/ou présente des plaques rouges, voire des squames ? Sans vouloir me substituer à votre médecin, vous souffrez peut-être de dermite séborrhéique.

Cette maladie, qui se développe sur les zones dites “grasses” (sur lesquelles le sébum est présent en quantité) de la peau, peut affecter d’autres parties du corps mais concerne le plus souvent le cuir chevelu.

Je vous détaille ici ses symptômes et ses conséquences (quand il y en a) sur la perte de cheveux. Par contre, je ne suis pas médecin, et ma parole n’a pas valeur de diagnostic…

Pour cela, je vous invite à consulter votre généraliste. Bonne lecture !

Sommaire : 

  1. Dermite séborrhéique : qu’est-ce que c’est ?
    1. Définition de la dermite séborrhéique
    2. Dermite séborrhéique : à quoi est-elle due ?
  2. Comment diagnostiquer la dermite séborrhéique
    1. Écarter les autres maladies
    2. Reconnaître la dermite séborrhéique
  3. Dermite séborrhéique et perte de cheveux : quel lien ?
  4. Soigner sa dermite séborrhéique, mode d’emploi

Dermite séborrhéique : qu’est-ce que c’est ?

Définition de la dermite séborrhéique

Commençons par vous rassurer : même si elle peut atteindre des stades plus ou moins avancés, la dermite séborrhéique est au départ une maladie cutanée bénigne

Elle provoque des démangeaisons au niveau des zones séborrhéiques (ces fameuses zones grasses dont je vous parlais en introduction), des plaques rouges et des squames (des lamelles de peau qui se détachent de l’épiderme) aux mêmes endroits. 

Ce qui est nettement moins rassurant, c’est qu’elle peut durer… Jusqu’à plusieurs années, puisqu’elle est chronique, récidivante et se manifeste par poussées. En définitive, on ne guérit pas vraiment de la dermite séborrhéique : on en maîtrise juste les symptômes.

Comme ces symptômes sont visibles, la persistance de la maladie pose un problème esthétique aux hommes qui en sont atteints. Et je les comprends ! Avoir des plaques sur le crâne, ce n’est pas franchement la situation rêvée pour se sentir bien dans sa peau.

Dermite séborrhéique : à quoi est-elle due ?

Pour mieux comprendre cette maladie, venons-en à ses causes. A priori (les scientifiques n’ont pas encore clairement établi le lien), la dermite séborrhéique est due à la prolifération de levures Malassezia, un champignon unicellulaire naturellement présent sur la peau.

Concrètement, leur présence en surnombre sur l’épiderme provoque une réaction inflammatoire, ce qui explique l’apparition de plaques rouges. Les squames, quant à elles, sont le signe que les cellules du cuir chevelu se renouvellent plus vite qu’à l’habitude. 

Si le lien entre ce champignon et la dermite séborrhéique est établi par plusieurs études (comme le précise cet article sur le rôle des espèces de Malassezia dans les maladies de peau), il n’a pas encore été prouvé que sa prolifération était liée à l’hygiène de vie. 

Néanmoins, on peut associer certains facteurs de risque à l’apparition des poussées de dermite séborrhéique, comme :

  • Le stress, l’anxiété ou un épisode de fatigue intense ;

     

  • La consommation excessive de tabac ou d’alcool ;

     

  • Le manque global d’hygiène corporelle ;

     

  • L’application de produits cosmétiques gras ou à base d’alcool sur la peau ;

     

  • La sudation excessive ;

     

  • L’obésité ;

     

  • L’exposition à la chaleur ou à l’humidité ;

     

  • La prise de médicaments neuroleptiques ;

     

  • L’immunodépression due au VIH ;

     

  • La maladie de Parkinson ;

     

  • Certains cancers, notamment des voies aérodigestives supérieures. 

Oui, ça fait beaucoup… Mais il faut garder en tête que ce sont des facteurs de risque seulement. Ce n’est pas parce que vous cochez l’une de ces cases que vous allez forcément être atteint de dermite séborrhéique.

J’attire aussi votre attention sur le fait que la dermite séborrhéique n’a rien à voir avec une allergie : il s’agit d’une maladie inflammatoire de la peau (on parle aussi de “dermatose”) qui provoque des lésions, pas d’une réaction allergique

Comment diagnostiquer la dermite séborrhéique ?

Écarter les autres maladies

Malheureusement, les symptômes de la dermite séborrhéique ne la rendent pas toujours facile à diagnostiquer, tant ils ressemblent à ceux provoqués par d’autres maladies. 

Par exemple, on peut facilement la confondre avec le psoriasis du cuir chevelu, une autre maladie inflammatoire chronique qui provoque elle aussi des démangeaisons, des rougeurs et des squames.

Ce qui permet de les distinguer, c’est qu’en cas de dermite séborrhéique, la peau est plus grasse, et les squames plus jaunes que lorsqu’elles sont liées au psoriasis. Par ailleurs, les mécanismes de ces maladies sont complètement différents.

Là où la dermite séborrhéique est liée à la prolifération de levures, le psoriasis est dû à un dérèglement immunitaire. Par conséquent, le second est un peu moins facile à traiter avec des crèmes ou des shampoings adaptés.

Même chose pour l’eczéma, une réaction allergique qui provoque le même genre de symptômes que la dermite séborrhéique mais qui a la particularité de laisser la peau très sèche et d’apparaître sur tout le corps.

Le niveau de démangeaisons peut aussi vous mettre la puce à l’oreille : en cas de psoriasis, il est parfois extrême… Alors que l’on peut être atteint de dermite séborrhéique sans que le cuir chevelu ne démange trop

Même chose avec les pellicules. Ne vous affolez pas si vous avez quelques pellicules, sans aucun autre symptôme de la dermite séborrhéique : elles peuvent survenir sans que vous soyez atteint par la maladie. 

Reconnaître la dermite séborrhéique

Pour vous aider à reconnaître une poussée de dermite séborrhéique, voici les signes qui doivent vous alerter : 

  • Seul votre cuir chevelu est touché (dans 95 % des cas, la dermite séborrhéique se manifeste uniquement sur le cuir chevelu) ;
  • Des petites plaques rouges commencent à apparaître sur vos tempes et sur le haut de votre crâne ;
  • Elles gagnent ensuite la nuque, le front et l’arrière de vos oreilles, et se recouvrent de pellicules en grande quantité, très visibles et très gênantes quand elles commencent à tomber sur vos épaules.

Si vous avez ces symptômes, consultez au plus vite : c’est le début de la poussée, et un traitement adapté peut vous aider à y mettre fin. Le risque en ne consultant pas, c’est d’en arriver à une forme sévère de la maladie. Voici comment la reconnaître : 

  • Les plaques et pellicules sont tellement nombreuses qu’elles forment un casque sur votre crâne qui recouvre vos cheveux. 

Dans ce cas, pas d’autre solution que de consulter un médecin… Le risque étant malheureusement que cette forme sévère entraîne une perte de cheveux, d’où l’intérêt de consulter le plus tôt possible !

Dermite séborrhéique et perte de cheveux : quel lien ?

Je vous ai un peu spoilé cette partie à la fin de la précédente, mais c’est pour que vous compreniez bien le lien : oui, dans certains cas, la dermite séborrhéique peut bien provoquer une perte de cheveux. 

Au stade de la “simple” apparition de lésions sur les tempes, la dermite séborrhéique n’aura pas d’effet sur vos cheveux. C’est quand elle commencera à vous démanger qu’elle pourra éventuellement (indirectement, à force de gratter) les faire tomber…

Jusqu’à provoquer une perte de cheveux en bonne et due forme si elle prend une forme sévère. Ce qu’il faut avoir en tête, c’est que plus vite on consulte et on traite les symptômes de la maladie, moins il y a de risques d’en arriver là. 

Mon meilleur conseil, c’est d’avoir le réflexe de consulter un médecin généraliste dès que les symptômes apparaissent. Ne tergiversez pas, ne vous posez pas mille questions, prenez juste rendez-vous le plus vite possible. 

L’idée, c’est de réagir aux signaux envoyés par votre peau comme vous le feriez en voyant une coupure : quand ça ne s’arrête pas de saigner, c’est que c’est grave… Et quand c’est grave, on n’attend pas de se vider de son sang, on va aux urgences.

Avec la peau, c’est pareil. N’attendez pas d’avoir le cuir chevelu recouvert de squames jaunes pour réagir ! Même si vous avez seulement quelques pellicules, rien ne vous empêche de consulter (spoiler alert : ça se soigne aussi).

Le conseil Monsieur Cheveux

 

Dans le cas où vous observez les symptômes de la dermite séborrhéique alors que vous venez de faire une greffe de cheveux, prenez rendez-vous avec un médecin expert (si vous réalisez votre greffe FUE DHI avec Monsieur Cheveux, on vous met en relation avec l’un d’eux).

Malheureusement, certains produits destinés à traiter la dermite séborrhéique sont très puissants, et le risque est qu’ils altèrent le résultat de votre greffe. Un médecin compétent en matière de greffe saura lesquels vous prescrire pour éviter ça !

Soigner sa dermite séborrhéique, mode d’emploi

En la matière, le médecin saura vous aiguiller mieux que moi. Mais pour vous donner une idée de ce qui vous attend, voici les traitements qui sont souvent utilisés pour combattre la dermite séborrhéique :  

  • Les shampoings ou crèmes antimycosiques, à appliquer en local. Il s’agit de produits contenant un antimycosique comme le kétoconazole, le ciclopirox olamine ou le pyrithione de zinc, qui agissent sur les levures et limitent leur prolifération ; 
  • Les corticoïdes, qui peuvent aider à venir à bout d’une poussée de dermite séborrhéique particulièrement douloureuse mais que je vous déconseille quand même de prendre sur le long terme vu leurs effets indésirables. 

Si vous en prenez trop souvent, les corticoïdes peuvent abîmer le cuir chevelu, voire endommager les follicules… Quand vous consultez, n’hésitez pas à mentionner votre alopécie (si vous en souffrez) à votre médecin, il saura adapter le traitement. 

Pour terminer, pendant les périodes sans poussées durant lesquelles vous pouvez utiliser un shampoing normal (qui ne contient pas d’ingrédients actifs destinés à endiguer les symptômes de la dermite séborrhéique), évitez les produits du commerce.

Exposez le problème à votre pharmacien, et demandez-lui de vous conseiller un shampoing spécial peaux sensibles, ou contenant des ingrédients aux vertus anti-inflammatoires

On pense notamment au vinaigre de cidre, dont on peut constater les effets des micro-organismes sur la peau dans cette étude sur l’effet des boissons fermentées à base de pomme.

 

Ce qu’il faut retenir de cet article, c’est qu’il faut réagir le plus vite possible aux symptômes observés sur votre cuir chevelu, et d’autant plus si vous souhaitez limiter votre perte de cheveux. 

Je l’ai déjà dit mais je me répète : n’attendez pas ! Si vous constatez quelque chose d’anormal, consultez un médecin avant que la situation ne devienne hors de contrôle. Finalement, c’est un peu comme pour les traitements de la perte de cheveux…

Plus on s’y met rapidement, plus on a de chances de contrôler le phénomène avant qu’il ne soit trop tard. Et si vous avez tout essayé en matière de traitement anti-chute et que c’est un échec, n’hésitez pas à réserver un entretien conseil avec l’un de nos experts capillaires.

La greffe est peut-être LA solution que vous n’aviez pas encore envisagée et qui peut redonner vie à votre chevelure !